Le déni et le pervers narcissisme

Le déni c’est quoi ?

L’acte de déni refuse de prendre en charge certaines perceptions : un fragment, éventuellement important, de la réalité, se voit totalement ignoré ; la personne qui dénie se comporte comme si cette réalité n’existait simplement pas, alors qu’elle la perçoit.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9ni

 

Je suis tombée sur cet article que j’ai trouvé explicite et intéressant, en voici un extrait et le lien de l’article complet juste au-dessous :

 

Le déni peut être pratiqué plus ou moins inconsciemment, mais ici nous restons dans un cadre stratégique, donc d’une utilisation délibérée. Le déni ne se borne pas à nier la vérité qu’une personne énonce à une autre, mais il nie la réalité même de l’énonceur, de la personne, par l’imperméabilité à son discours. Les conséquences peuvent ne pas être seulement frustrantes, mais traumatisantes. Si une personne subit de façon répétitive et durable ce déni, cela peut la conduire à l’aliénation et à la perte d’identité.

Avec l’acte de déni, le message renvoyé est : « Tu n’existes pas ! ».

La négation de la personne et la destruction de son identité font partie des méthodes de lavage de cerveau. En détruisant le sens du langage, que nous appelons aussi langue maternelle – le langage de l’éducation – c’est le processus d’apprentissage, d’éducation qui est détruit, déprogrammé. Cette déprogrammation est mise en œuvre pour reprogrammer les cerveaux différemment et les rendre réceptifs aux injonctions, en particulier les injonctions paradoxales.

Source : http://www.conscience-vraie.info/parole-manipulation.htm#langage_manipulation

 

Nier l’autre / Tout nier de l’autre

Nier : déclarer qu’une chose est inexistante, qu’elle n’est pas vraie, pas exacte, qu’elle est fausse. Contredire, contester, rejeter. Feindre de ne pas voir ou entendre.

Synonyme : contester, contredire, critiquer, démentir, démonter, dénier, désavouer, disconvenir, discuter, disputer, faire semblant de ne pas voir, ignorer, mettre en doute, ne tenir aucun compte de, passer par-dessus le dos de, passer par-dessus le dos de quelqu’un, refuser, réfuter, rejeter, renier, révoquer en doute, s’inscrire en faux, se défendre

Source : http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/nier/fr-fr/

 

Les comportements « anormaux » parfois violents, les réflexions négatives constantes, le rabaissement, le dénigrement, la méchanceté sous couvert de la « blague », …

« Oui on sait que tu es là » « Ne fais pas ton intéressant(e) » « Tout ne tourne pas toujours autour de toi ».

Ces mots tournent dans votre tête et vous ne savez plus qui vous êtes.

Il se peut qu’après la rupture après votre PN / MPN vous les entendiez, qu’ils reviennent à la surface et que votre puzzle, votre dépoussiérage de puzzle se poursuive.

 

Peut-être, en êtes-vous même arrivés à vouloir changer d’identité ?

Porter un prénom et un nom, toute sa vie. Est-ce que cela nous représente vraiment ?

Qui sommes-nous derrière ces identités ?

J’ignore beaucoup de choses sur mon passé mais je peux affirmer que :

ET mes prénoms ET mon nom de famille ont été sources de problèmes, d’angoisse, de chantage affectif et mensonges, manipulations entre ma MPN et mon père (au moment où je le revoyais évidemment) avec moi au milieu, dressée en objet destructeur, mais surtout, totalement anéantie à l’intérieur.

Une marionnette, inconsciente de ses paroles et de ses agissements.

Beaucoup d’autres personnes ont été impactées, et sur du long terme, n’ont pas compris ou pas voulu croire, je ne sais pas, je ne le saurais sans doute jamais, pourtant, dans le lot de photos qui m’ont été offertes par un membre de ma famille un jour, il y en a une qui représente parfaitement la situation et celle-ci m’a été offerte indépendamment des autres.

Coïncidence ? Je ne me pose plus la question, même si je regrette le mal qui a été fait, mais je réalise enfin que je n’avais pas à porter toute cette douleur sur mes épaules d’enfant, d’adolescente puis d’adulte.

J’ai encore énormément de mal à accepter cette identité mais j’ai remis mon vrai nom de famille sur ma page facebook après la rupture avec ma MPN, ainsi qu’une photo de moi, ce qui pourrait sembler anodin pour une personne « lambda » (sans être péjorative) mais qui est très révélateur de l’asphyxie exercée tout au long de ma vie. 

 

Dans la relation avec un(e) PN / MPN, vous perdrez tout, n’achetez pas un ticket, il sera obligatoirement perdant.

Un(e) PN / MPN niera tout et vous fera entrer dans la quatrième dimension de son cerveau, vous basculerez dans sa vérité, dans sa folie.

Il ou elle sera incapable de reconnaître la moindre erreur mais pourra, et en principe, toujours, retourner cette erreur contre vous. En psychologie on appelle cela l’identification projective.

 

Il est hors de question qu’un(e) PN / MPN soit remis en cause, que sa perfection soit remise en doute, il ou elle doit briller aux yeux des autres, aucune faille visible n’est permise.

N’allez surtout pas tenter d’imaginer que vous pourriez commettre un tel déshonneur que de le ou la remettre en cause, vous en subiriez de très graves conséquences.

Vous pourrez donc vivre toute votre vie aux côtés d’un(e) PN / MPN et continuer votre descente aux enfers, vous serez dans votre déni, dans le déni de votre PN / MPN.

Des deux à la fois ?

Tout ce que vous vivrez sera déformé, il ou elle n’hésitera jamais à vous répéter « Mais si, tu ne te rappelles pas ? Tu as dit ceci et tu as fait cela » « Vraiment tu ne t’en souviens pas ? ».

Il se peut que subtilement le ou la PN / MPN glisse un fait exact au milieu de ses inventions de grand(e) malade.

« Ce choix c’est toi qui l’as fait ».

La vérité est que le choix vous ne l’aurez jamais, on vous demandera de faire un choix mais si celui-ci ne correspond pas à la réponse attendue, il sera nié.

Il y a comme un goût de politique … mais ce n’est pas le sujet.

Tout son mal-être, toute sa folie seront projetés sur vous.

 

Vous ne serez pas reconnu(e) pour ce que vous faites / pensez de bien, vous serez pointé(e) du doigt pour toutes les fautes et erreurs que votre PN / MPN ne vous pardonnera pas.

Il vous renverra tant et si bien son image que vous pourrez l’épouser, l’adopter, la transmettre.

Vous penserez toujours que tout est de votre faute.

Vous aurez sous les yeux « l’arme du crime » mais continuerez de croire en sa bienveillance.

Le déni pourra vous permettre de survivre un temps, longtemps, selon mon propre avis, mais il ne vous permettra pas de vivre et de vous épanouir.

Je reparlerai du déni de façon plus approfondie lorsque j’aurais toutes les clés, là je sens qu’il m’en manque une, peut-être même plusieurs.

Je vous parlerais également du « clivage du moi » que je suis en train d’étudier, avec des mots simples, des mots qui m’auront permis de bien comprendre pour que vous puissiez à votre tour, apprivoiser les techniques de défense que notre cerveau met en place dans certaines situations.

 

Le déni Photo Article Blog

Quand on ouvre la boîte de pandore, qui sait ce qu’on va y trouver ?.

 

Essayons déjà de nous trouver nous-même …

 

 

Post suivant :

https://manipulateurperversnarcissique.blog/2018/09/29/reperer-une-victime-de-pervers-narcissique-reperer-un-pion/

Catégories: PN / MPN

1 commentaire »