Dans notre tête, après la rupture avec le pervers narcissique

Ce matin-là j’avais le sentiment d’avoir des toiles d’araignée dans la tête, j’ai levé les yeux et vu une énorme main noire monter vers le plafond, elle s’est évaporée comme de la fumée, ça a duré un dixième de seconde mais ça m’a paru long et surtout effrayant.

Je me rappelle avoir eu la chair de poule et m’être frotté les bras, j’ai même parlé, je ne sais plus ce que j’ai dit.

Je venais sans le savoir d’imager ma libération.

 

J’ai allumé mon pc et remercié par mail « Une psy à la maison » en lui expliquant qu’elle avait été le 1er maillon de la compréhension de ma propre vie.

Puis au moment où je l’envoyais, je recevais en retour un mail du sbire de ma MPN.

Ce mail était froid, étouffant, il me niait pleinement. Je ne lisais plus la qualité orthographique, les tournures de phrases, je lisais l’absence total d’amour, de respect.

J’y ai répondu dans la foulée. Aucune justification, je criais ma liberté et mon bonheur, tout était terminé.

 

De l’autre côté du décor …

 

Vous avez compris, vous êtes libéré(e) mais vous venez de prendre un bus en traversant sans regarder.

Vous venez de rompre avec la personne en qui vous aviez le plus confiance.

Vous pourrez entrer dans un état de choc extrême.

Les spécialistes apparentent cela à un état de choc post-traumatique.

Vous tremblerez, vous ne pourrez plus marcher de façon droite car vos jambes ne vous porteront plus.

Il est possible que vous ne sachiez plus vous repérer dans l’espace et le temps.

Je me suis laissée « glisser totalement » après avoir effectué quelques démarches que je décris dans le paragraphe « La peur » de ce post :

https://manipulateurperversnarcissique.blog/2018/09/12/vos-sentiments-vos-emotions-hahaha/

 

La rage de vivre, de ne plus la laisser gagner, de sortir de son emprise malsaine.

L’ambulance est arrivée.

Dans notre tête Photo Blog.JPG

Vous devrez, si besoin, demander de l’aide.

Vous êtes très fort(e) je n’en doute aucunement ; vous avez DOWN le ou la PN / MPN.

Mais ces moments-là sont des moments de deuil très violents.

Il s’agit d’un deuil sur la relation mais aussi du deuil d’une personne bien vivante de qui vous étiez très proche.

Vous bénéficierez ceci dit très rapidement des bienfaits psychologiques d’une telle séparation.

Il faudra travailler à construire / reconstruire et c’est un travail de chaque instant.

Votre cerveau tournera à plein tube.

Vous aurez parfois du mal à dormir la nuit, vous vous réveillerez en pleine nuit et aurez du mal à vous rendormir.

Essayez de lire un peu si vous aimez cela, écoutez une vidéo apaisante, RESPIREZ.

Chez certaines victimes, cela peut déclencher ce que l’on appelle la mémoire traumatique, mais je ne suis pas une spécialiste alors je ne vais pas m’aventurer sur ce terrain, je laisse les spécialistes nous l’expliquer.

Je ne peux apporter que mon témoignage et mes conseils pour s’en sortir.

 

Il faut créer le bon cocktail

 

  • S’entourer des bonnes personnes : amis, famille, coach, psychologue ou psychiatre selon votre choix, …
  • Suivre son instinct, se faire confiance (Aïe ! Si, il le faut)
  • Essayer de faire confiance aux autres aussi (ce n’est pas toujours simple, allez-y doucement)

 

S’exprimer d’une manière ou d’une autre (pour moi c’est primordial) 

Choisissez ce qui vous épanouira / aidera :

  • Une activité
  • Une formation
  • Un suivi psy (indispensable)
  • De la sophrologie

 

Faites tout ce qui vous permettra de vous extérioriser et faites-le comme vous le voulez, quand vous le voulez / pouvez mais faites-le !

 

Pour moi c’est l’écriture, pour d’autres le chant, le théâtre, la danse, la boxe, la course, la peinture, …

Prenez en compte les conseils de votre entourage mais suivez votre cœur, votre voix intérieure.

Après bientôt 4 mois

C’est un peu difficile d’aller à la découverte des autres car je commence à peine à comprendre qui je suis.

Renfermée sur moi-même depuis tant d’années, je faisais entrer dans ma vie les gens au compte-gouttes et sélectionnait encore car très déçue des personnes vers lesquelles j’allais.

J’ai pourtant le sentiment de capter des choses chez les autres, il n’y a pas de mots pour ça, c’est un ressenti, mais sur lesquelles je m’appuie pour les faire mieux aller si je sens qu’un message doit passer et que je suis peut-être en mesure de le faire.

A l’inverse, j’ai du mal à me capter, même si cela s’améliore nettement car je ne subis plus les chauds et froids constants et mon état psychologique tend à s’apaiser.

Parfois, rarement, des bouffées soudaines d’angoisse apparaissent, manque d’oxygène, larmes, sorte d’abattement et/ou peur incontrôlée et injustifiée, tremblements, mais je réussis à reprendre le contrôle sans aide et sans médicament.

 

J’ai mis du temps mais j’ai pris dernièrement une décision :

Ne plus jamais prendre contact ou répondre à un contact venant de toute personne en lien avec ma MPN, ce qui inclus une amie très chère, totalement sous le joug de ma MPN.

La psychothérapie est indispensable, ne loupez pas un rendez-vous !.

Il se fait tard, je vous quitte pour ce soir.

 

Il y a plein d’étapes à franchir, allez-y à fond, le temps n’est pas rattrapable.

 

 

Post suivant :

https://manipulateurperversnarcissique.blog/2018/09/14/personne-ne-te-croira/

Catégories: PN / MPN

1 commentaire »